Conduire moins pour penser mieux!

Publié le par Redact

La voiture ne favorise en général pas l'épanouissement intellectuel Et oui malheureusement dans beaucoup de cas les voitures contrarient le fonctionnement optimum du cerveau :

Les paramètres strictement physiologiques :

  • moins de mouvement donc plus de stagnation dans les fins capillaires cérébraux qui s'encrasseront plus facilement.
  • en parallèle à une alimentation trop riche en sucre et en graisse l'encrassement précédent est favorisé. Il faut en effet tenir compte du fait que nous mangeons beaucoup (*1) plus de sucre rapides et de graisses que nos ancêtre chasseurs cueilleurs, ceci allié au manque de mouvement favorise indéniablement l'encrassement.
  • des polluants en quantité de plus en plus grande, à cause de l'augmentation du parc automobile, en d'autre terme à cause de l'augmentation de la population en âge de conduire et à cause d'une fascination qui persiste pour ce qui est très gros et qui fait beaucoup de bruit (le fait que ça sente très mauvais et qu'il y aie un risque important de blesser quelqu'un ne semble pas remettre en cause cette tendance).
  • non contente de dégager ridiculement (*2) des polluants à l'extérieur la voiture accentue aussi la pollution de son habitacle pour plusieurs raisons (dégagements chimiques en provenance des nombreuses matières plastiques utilisées : mousses, revêtements etc. et cerise sur le gâteau une prise d'air qui est exactement à la même hauteur (*3) que le pot d'échappement de la voiture précédente).

Les paramètres psychologiques :

  • Avoir sa voiture, c'est un peu faire comme tout le monde, c'est à dire laisser les autres réfléchir à sa place! Ce qui encore une fois ne favorise pas la réflexion donc l'entraînement de cet organe en principe noble qu'est notre cerveau.
  • Dans beaucoup de cas la voiture est une source d'isolement : on conduit tout seul! On tourne en rond tout seul pour trouver une place de parc, et pendant ce temps là évidemment on ne rencontre personne dans les transports publics, quant on est invité quelque part on ne pas pas rentrer "en voiture" avec quelqu'un d'autre parce qu'il faut bien ramener sa propre voiture chez soi etc. Un isolement les mains sur le volant qui dans la majorité des cas n'est pas propice au développement personnel.
  • Une monotonisation forcée du paysage urbain et souvent non urbain encombré de carrosseries toutes plus ou moins identiques les unes aux autres, ce qui ne favorise pas la stimulation intellectuelle par la variété des objets visionnés! (*4). Et l'horreur et l'encombrement architectural et visuel ne s'arrête pas là, car à cause de la vitesse, de l'encombrement et des besoins des automobiles, de nombreuses constructions plus encombrante les unes que les autres poussent comme des champignons (garages surdimensionnés, panneaux publicitaires et de circulation faits pour être lus facilement à très grande vitesse, routes hyper-large, barrière agressives et parkings géants quasi désertifiés de toutes vie animale ou végétale nous imposent en grand nombre leurs silhouettes et surfaces aussi imposantes que monotones! Et pourquoi toute cette exagération quantitative? Vitesse, apparence et sexualité s'entremêlent dans une danse séductrice infernale qui obésifie en général ses protagonistes tout en approchant de plus en plus vite d'une humanité déshumanisée par la chose mécanique qui encrasse les poumons. La pulsion de vie qui est presque en chacun de nous et qui nous chuchote à l'oreille d'être le plus fort, d'avoir le plus grand territoire possible et de faire beaucoup d'enfants se voit dans un contexte de domination planétaire total être l'équivalente d'une pulsion de mort! C'est la première fois que cette situation arrive sur terre à l'échelle planétaire, et c'est aussi la première fois que nous avons la possibilité d'éviter que la catastrophe n'arrive à son plein potentiel! Nous devons donc d'urgence réduire notre pollution par individus et éviter de rajouter de trop nombreux pollueurs à cette planète en pratiquant une contraception efficace, il s'agit donc d'une approche à la fois culturelle et numérique qui devrait logiquement s'imposer pour de simples raisons de survie.


A ce stade de la discussion il semble que conduire moins s'impose pour penser mieux! Mais n'avons nous pas été trop loin dans les habitudes et le conditionnement pour être capable d'un volte face salutaire? Question ridicule, la réforme doit être tentée pour une simple question de survie et se poser la question de sa faisabilité est déjà une perte d'énergie! La bonne nouvelle c'est que chacun peut y participer immédiatement en utilisant des moyens de déplacement aussi écologiques que possible, et quand ils ne le sont pas en les utilisant bien sûr le moins souvent possible.


(*1) Connaître la valeur du facteur multiplicatif est évidemment difficile, mais on peut plus ou moins estimer la consommation de fruits et de miel en fonction des climats. De plus un paramètre plus intéressant est l'aspect qualitatif, en sachant que la majorité des sucres provenaient des fruits on obtient un régime très sain comparé à des sucres modernes appauvris en fibres et vitamines et enrichis en pesticides, colorants et conservateurs! Bilan un taux moderne de diabète jamais égalé auparavant!
(*2) Parfaitement ridiculement! Les moteurs à explosion sont tellement inefficace (même pas 50% de rendement, plus précisément ça doit être autour des 30%) qu'il réeussissent à gaspiller de l'essence même dans les descentes raide ... (petite fuite au frein moteur, et puis évidemment il y a des conducteur qui mettent des gaz à la descente pour freiner aussitôt au virage suivant).
(*3) Étonnant que personne n'aie pensé à installer une sorte de tuba pour prendre l'air des mètres plus haut! Mais là encore les raisons sont assez limpide, car une prise d'air aérienne est bien visible serait un aveux majeur de l'inconvénient olfactif des voitures ce qui ne correspond pas à l'aspect conditionnant 100% positif qui doit obligatoirement être adopté par une stratégie marketing!
(*4) A titre de comparaison des animaux élevés dans des environnements appauvris en stimulations visuelles voient leurs capacités de reconnaissance de formes décliner drastiquement (par exemple des chats qui ont toujouzrs grandi dans un environnement avec des barres uniquement horizontales ne voient quasiment plus de nouvelles barres verticales qui leur seraient imposée plus tard et se cognent dedans.)

Commenter cet article

ClimaxVelo 24/08/2010 23:05



Hello, intéressant, reste plus je crois qu'à mentionner les endorphines générées pendant l'effort physique qui ont un effet bienfaisant sur l'ensemble de l'organisme, y compris sur le cerveaux!
A+ CV